Feeds:
Posts
Comments

Archive for October, 2009

Tout a commencé, comme souvent, par un film de série B, “The Doom Generation”, qui mettait en scène un trio d’adolescents neurasthéniques trucidant à coups de fusil à canon scié des pauvres prolétaires malheureux du Middle-West. Jusque là, ça pourrait passer pour un gentil téléfilm d’un émule de Tarentino.

Mais le pitch n’est pas complet : car nos trois héros, représentants d’une génération X post-moderne et désenchantée, n’appuient sur la détente que lorsque le montant qu’ils ont à payer contient le nombre du Diable, 666 (ce qui, par une coïncidence malheureuse, arrive systématiquement, y compris chez ce triste épicier chinois dont la facture à 6,66$ lui vaudra d’avoir la tête séparée du reste du corps).

Mais baste-là les facéties juvéniles. Le McDonald’s de St Lazare à Paris porte, si l’on en croit le ticket de caisse, le n°666. Assez étonnamment, il comporte une série de salles au sous-sol situées dans d’anciennes caves qui rappellent vaguement des cryptes carpathiennes.

Encore plus étonnamment, à chaque fois que je m’y suis rendu, j’ai été éclairé d’une illumination qui rappelle celle de Paul Claudel à Notre-Dame (avec beaucoup moins d’odeur d’encens mais beaucoup plus d’odeur de frites).

Dans le tarot divinatoire, la carte XV, “Le Diable”, n’est-elle pas à la fois symbole du Mal et de la Création ?

Donc, la question du jour que personne ne se pose : comment sont attribués les numéros des restaurants McDonald’s ?

Advertisements

Read Full Post »